Les fruits d’une bientraitance en micro crèche Par

La bientraitance,  chemin de patience ! Marie Friedelmeyer, directrice de micro crèche, nous raconte le parcours de Yassine au fil des mois.

Yassine, 20 mois, arrive mi-août à la micro crèche Le Bateau de Papier, inscrit 3 jours par semaine. Son référent, Vincent, l’accueille avec sa Maman qui vit seule avec lui et sa grande sœur, aidée parles grands parents. Yassine se déplace à quatre pattes et est suivi par un kiné. Il joue peu au sol,  est beaucoup porté et mange mixé.

Adaptation mi -août 2018

La Maman vient avec Yassine la première semaine, il ne quitte presque pas ses bras, observe les autres enfants. La deuxième semaine, il vient seul pour de petits moments, continue d’observer et semble avoir repéré Vincent comme une personne rassurante. Il refuse les repas et s’endort uniquement dans les bras de Vincent. Il dort « d’un œil ».

Septembre :

Yassine a beaucoup de mal à se séparer de sa Maman, de son référent aussi. Les retrouvailles avec Maman sont également difficiles : il crie et pleure beaucoup. Un rituel d’accueil  est mis en place : accueil dans les bras, au revoir du haut du toboggan à Maman, temps sur les genoux de l’adulte qui  accueille, jeu avec les petites voitures … jusqu’à ce qu’il se sente prêt à s’éloigner.

Mi-octobre :

Yassine semble en difficulté. L’équipe fait le point (2 accueillantes, 1 psychomotricien et 1EJE) :  très peu dans la relation, il ne sourit pas, ne regarde pas les personnes, ne répond à aucune sollicitation et ne trouve aucun rassurement dans les paroles de l’adulte, même celles de son référent. Nous entend-il ? Nous comprend-il ? Il crie beaucoup au départ et au retour de sa maman et dès que quelqu’un se lève. Pour le groupe d’enfant et l’équipe, c’est très difficile à supporter.

Ses jeux sont très répétitifs : il vide et remplit des contenants, donne des objets à l’adulte. D’après Vincent, il a la capacité de marcher mais n’ose pas encore Il mange un tout petit peu. Il ne parle pas à part quelques mots comme « donne ».

Comptines et chansons l’apaisent…

…Et puis un matin dans le jardin , quel n’est pas notre étonnement ! Yassine fait le tour des tunnels s’apaise, et sourit ! Il se redresse sur ses jambes et esquisse trois pas dans l’herbe ! Désormais, nous l’emmènerons  le plus souvent possible en sortie. La nature semble lui faire du bien.

Novembre :
En supervision avec une psychomotricienne d’approche piklérienne, nous exposons le cas de Yassine. Avec elle, nous  repérons ses ressources et cherchons comment l’accompagner, l’aider à se « rassembler » (les cris étant un « hors de soi »), lui donner une enveloppe sans le presser par rapport à la marche. Nous décidons aussi, en accord avec la Maman, de réduire l’accueil à 3 demi-journées pour  lui éviter une trop grande  fatigue. En lien avec la PMI, un bilan CAMSP a été demandé.

Décembre:

Yassine s’apaise un peu avec le rituel d’accueil, il explore petit à petit les espaces de la crèche. Les allées-venues des adultes semblent toujours une source d’anxiété pour lui, mais il se rassure en revenant dans les bras de Vincent ou d’une autre personne de l’équipe. Il prononce de nouveaux mots.

Janvier 2019 :

Yassine trouve un rythme et semble apprécier ses temps à la crèche. Vincent, son référent, va quitter la structure. Nous préparons cette séparation et accompagnons Yassine : une photo de Vincent et Yassine est accrochée  près du « mur des familles » que, de temps en temps, Yassine aime regarder. Elle lui signifie que Vincent existe toujours,  même s’il n’est plus là physiquement.

Février :

Yassine semble bien accepter le départ de Vincent. Il continue à explorer, jouer, s’emparer de tout ce que la crèche lui offre. Il entre peu à peu en relation avec les autres enfants.

Mars :

Yassine participe tranquillement aux sorties culturelles. En parallèle, il bénéficie d’un accompagnement orthophonique et psychomoteur au CAMSP.

Avril

Yassine se sépare aisément de sa maman même sans rituel.  Il joue sereinement à côté des autres et participe parfois à leurs rires. Il marche, il court, il grimpe, se cache dans les tunnels.

Mai :

Il dit « maman » ou « mamie » mais a encore du mal à se faire comprendre. Il chante et s’intéresse aux autres et aux activités. Il défend son territoire.

Juin :

Yassine ne semble pas comprendre les règles ni se reconnaître dans le miroir ou sur une photo.  Il n’a pas de jeu symbolique.  L’équipe s’inquiète pour son entrée à l’école maternelle.  Même s’il a  construit une certaine confiance en lui, son développent est lent. Sa maman et le CAMPS confirment son entrée à l’école en septembre.

Novembre 2019

Je demande par mail des nouvelles à la maman de Yassine. Elle me dit qu’il va bien, qu’ils vont passer nous rendre visite. Ce qu’ils font quelques jours plus tard. Yassine semble nous reconnaître et nous sourit, nous dit quelques mots ! II a intégré une classe de tout-petits dans un groupe de quinze enfants. Cela se passe bien pour lui. Nous sommes émues  par cette visite, touchées  et fières du chemin parcouru avec Yassine toute cette année passée.

Pour Yassine, ce passage bien-traitant et  soignant à la micro crèche a été bénéfique.  Avec nous, il a construit patiemment  une sécurité affective qui lui a permis d’oser explorer le monde de la crèche, de développer sa motricité, ses jeux et de s’ouvrir à la nature, à la ville, aux livres, au théâtre… le préparant ainsi au « grand saut » vers l’école.

De quoi est faite cette bientraitance ?

Bientraitance pour Yassine : accueil, « entourement » patient, rassurement, respect de son besoin de rituels et de cadre rassurant, respect de sa liberté de mouvement et de son jeu, de son rythme, attention bienveillante, recherche en équipe, évaluation de ses ressources, de ses compétences, de ses difficultés, de ses progrès, pour mettre en place et construire, pas après pas, un accompagnement ajusté.

Bientraitance pour la Maman, la Mamie : accueil quotidien, écoute, dialogue régulier, prise en compte de leurs questionnements, de leurs besoins et de leurs contraintes familiales et professionnelles  qui ont contribué à la construction d’un lien de confiance avec la maman et son enfant

Bientraitance pour l’équipe : soutien, échanges réguliers en réunion, supervision avec une psychomotricienne expérimentée, aide de professionnel.le.s spécialisé.e.s, ajustement du temps d’accueil à nos possibilités, formations qui ont permis une disponibilité, un ressourcement, un accompagnement parfois éprouvant mais sans essoufflement et, finalement, un chemin professionnalisant pour l’équipe !

NB : les prénoms ont été modifiés.

Marie FRIEDELMEYER

Micro crèche LE BATEAU DE PAPIER

Strasbourg

Partagez cette page

Laisser un commentaire